millenium2Après les affaires Wenerström et Vanger, nous retrouvons Lisbeth Salander dans les Antilles, plus précisément à la Grenade. Mikael Blomkvist, quant à lui, a repris le chemin de son journal et de sa nouvelle maison d'édition.

Justement, le prochain numéro à thème  et le prochain livre sont consacrés au traffic de femmes depuis l'Europe de l'est, recherche menée par Dag Svensson (journaliste) et Mia Berger (en thèse), et qui promet d'enflammer les médias. Mais quelque temps avant la publication, Dag et Mia sont retrouvés assassinés froidement dans leur appartement. Tous les indices confondent Lisbeth, de retour depuis peu à Stockholm.

Du fait de son étrange personnalité et de son passé, peu à peu dévoilé au cours du roman, Lisbeth est la cible facile des médias et de quelques policiers, trop? contents de lui mettre ces meurtres sur le dos.

Au cours de sa "cavale", seul Super Blomkvist parviendra à garder le contact et à la suivre jusqu'au dénouement, bien qu'elle garde encore une grande rancoeur à son égard (dont au demeurant elle est seule à comprendre la cause).

Ce deuxième tome commence à nous révéler le personnage de Lisbeth, dans tout ce qu'il a de complexe, d'étonnant, de révoltant, et même d'attendrissant par moments. On ne peut qu'être désolé pour elle, pour ces gâchis qui ont émaillé sa vie jusqu'à présent et l'admirer pour cette force et cette débrouillardise qui (bien que cruelles quelquefois) sont les siennes et qui lui permettent de survivre malgré les revers qu'elle a dû essuyer.

Ces revers, dont cette complexe affaire de meurtre, nous seront dévoilés peu à peu, avec maestria, par Larsson. On lit vite, le coeur palpitant, le désir impérieux de connaître la suite et la frustration de devoir refermer le roman lorsqu'on se rend compte que toute heure décente pour s'endormir est passée depuis longtemps.