lefilsduventEn 1875, Hans Begler, étudiant entomologiste en passe d'abandonner ses études, quitte sa Suède natale pour le désert du Kalahari, dans le sud africain. Il espère pouvoir conquérir la notoriété en rapportant des insectes inconnus. Mais à son retour, en plus de ses insectes, il ramène Daniel, un orphelin noir qu'il décide d'adopter. Mais dans le nord froid et blanc, Daniel fera l'objet de la curiosité, de la peur, de la répulsion.

Daniel, quant à lui, n'aspire qu'à une chose: retourner au désert dont il a été arraché, revenir auprès de ses ancêtres, ne pas mourir loin d'eux, pour parvenir à les retrouver enfin. Il y emploiera toutes ses forces, il y parviendra d'une certaine manière à la fin.

Le récit de Bengler s'étale sur un bon premier tiers du roman. On y découvre son père à travers son coeur vide de sentiment, on voit le désert du Kalahari à travers ses yeux dépourvus d'impressions, dans cette quête de renommée un peu désespérée. C'est long, sordide et ennuyeux. Même le voyage de retour, Daniel auprès de lui, est vide de couleur. Parti d'un bon sentiment, assez révolutionnaire pour son époque (à savoir que tout noir qu'il soit, Daniel n'en est pas moins un être humain), Bengler se retrouve vite dans des situations où il se voit forcé de contredire par ses actes ce qu'il souhaite affirmer dans son discours.

Et puis, on assiste à un changement de narrateur. Daniel nous livre son sentiment, sa douleur, son besoin de retrouver son désert, se parents (tués cruellement) par-delà la mort. On ne peut que s'attacher à cet enfant, à sa profondeur, à son coeur plein. Et on s'emballe dans la lecture, on ne peut plus lacher.

La dernière partie nous est racontée par l'auteur-narrateur. Daniel, finalement laissé en Suède auprès de la famille la plus humaine qu'il ait rencontré sur ces terres froides, mais qui poursuit ses tentatives désespérées pour retourner dans le désert. Une peinture réaliste et très intéressante de la société européenne de l'époque: les rapports sociaux, la peur de la différence, répercutée jusque dans les sphères scientifiques et donnant naissance à des théories qui ont eu les effets que nous connaissons bien tous...

J'ai été ravie de connaître cet auteur. Je continuerai à le découvrir.