Le mois de mars est évidement passé depuis bien longtemps et je me réveille seulement. Mais j'avais dit à Vanessa que le sujet des métiers me donnait bien des idées et il n'est pas question que je ne tienne pas mes promesses.

Permettez-moi d'abord de vous présenter cette petite vidéo. L'action se passe à Pasto, en Colombie, pas très loin de l'Equateur. Car en fait, les helados de paila sont une spécialité du nord de l'Equateur; un sorbet très léger et à peine pailleté, fondant en bouche et 1000% nature. En effet, pour les sorbets aux fruits, rien que du pur jus, des blancs d'oeufs et du sucre. Et pour le sorbet "au lait", du lait, des jaunes, du sucre et de la vanille. Rien que d'y penser, c'est toute mon enfance qui défile, et forcément, la nostalgie qui pointe le bout de son nez. Depuis ma belle Quito, où on les dégustait sur les terrasses des cafés, où lorsqu'on partait en vadrouille (ce qui m'est très peu arrivé, après tout) vers les villes plus au nord, Ibarra, Cotacachi, Cayambe... Mais je vous laisse regarder:

La cuisinière raconte:

"Mon ascendance est Equatorienne. En 1918, on invita mon grand-père pour préparer les sorbets pour le repas, à l'occasion de l'investiture de l'évêque (...), puis encore pour la prise de pouvoir du gouverneur (...). Il remarqua que cette spécialité ne se faisait pas ici et démarra son commerce. Puis, ma mère rencontra mon père, ils se marièrent, et s'établirent en Colombie. Mon grand-père m'apprit à préparer les sorbets et je continuai l'affaire. Lui est déjà décédé et moi je perpétue la tradition."

" La base (pour le sorbet vanille) est une crème anglaise, c'est une coïncidence. Mon grand-père nous racontait qu'en Angleterre, (un cuisinier royal) rata un dessert. Il était très angoissé à l'idée de devoir servir son dessert au roi, d'autant qu'il n'avait pas le moyen d'arranger sa méprise. Or c'était l'hiver et il gelait. Le cuisinier sortit donc à l'extérieur, creusa un trou dans le gel et y déposa son récipient avec son dessert râté. Il s'aperçut que peu à peu, son dessert épaississait; il se mit alors à le gratter et à le tourner, et il en résulta le meilleur dessert jamais dégusté à une table royale."

Alors bonne dégustation (hélas, qu'en images....). Et un petit secret pour la route. Ma glace préférée? Un combi mûre - lait, c'est aussi la plus classique.