Mammamia_wall

C'est ça que de ne pas sortir, chers amis! Figurez-vous que dans mes actus, j'en étais restée à l'existence de la comédie musicale qui avait été faite avec la musique d'ABBA. Quelle ne fut donc pas ma surprise en découvrant il y a quelques semaines les billets enchantés de certaines Théières parisiennes, fascinées par leur soirée cinéma!

Cela étant, ça me posait tout de même un petit problème, sachant que Monsieur Maijo n'est ni un fan d'ABBA, ni (et encore moins) de ce genre de film. Et que, bien évidemment, je ne pouvais pas le motiver en lui parlant de Pierce, ni de Colin... Comment faire, comment faire?, car j'étais absolument sûre que ce film était pour moi!

Et bien, tout simplement, en le proposant à une très sympathique blogueuse lyonnaise, qui a même courageusement bravé les vilains microbes pour s'offrir cette soirée entre filles. C'était PARFAIT! Ah, quel film!!!  Presque deux heures où rien n'existait que ce mariage, cette surprise, cette rencontre prévue et la musique d'ABBA. Avouez que pour un film dont l'intrigue est cousue de fil blanc, c'est quand même fort!

Pour la petite histoire: pour son mariage, Sophie souhaite rencontrer son père, qu'elle ne connaît pas. En fouillant dans le grenier, elle tombe sur le journal intime de sa mère et s'aperçoit que trois hommes peuvent en fait prétendre à ce titre. Elle décide de les inviter tous les trois, sûre qu'à la seconde où elle rencontrera le regard de son père, elle saura. Mais bien sûr, c'est là que les embrouilles commencent...

Que dire... Beaucoup, en fait! Déjà la musique. Superbe, les mots juste modifiés pour cadrer parfaitement avec la scène, les chorégraphies parfaites, hyper-entraînantes; la superbe voix d'Amanda Seyfried (Sophie). L'aise avec laquelle les acteurs embrassent leur rôle: on sent qu'ils ont dû s'éclater à travailler, jusqu'au bout (ce final tout en chansons est excellent).

Le choix des seconds rôles, très soignés. Les amies de Donna sont tout bonnement extraordinaires.

L'ambiance de folie douce. On s'est tenu les côtes sans discontinuer pendant toute la première moitié du film. Après, c'est forcément un peu moins drôle, pensez-vous, comment allons nous faire monter la tension tout de même ;-) Je ne peux pas dire que ce soit un film particulièrement émouvant, mais l'on ne peut nier une immédiate empathie avec les personnages; on s'identifie forcément à l'un ou à l'autre, on voudrait bien être dedans, en fait, à faire la fête, à danser avec eux.

La gent masculine aussi: même si Pierce a indubitablement pris du tour de taille et chante comme une casserole, il n'en reste pas moins Pierce. Et Colin, oh my, avec son air de gentleman maladroit et plein de contradictions, vantant sa spontanéité en costard-cravate (il m'aura toujours, je n'essaye même plus d'y résister). Même qu'il chante juste, avec une voix que j'aurais bien accompagné de ma propre petite guitare autour d'un feu... (euh, je m'égare là, non?).

Bref, comme beaucoup de celles qui l'ont vu, un moment magique! Mammilou, on recommence quand tu veux!