Cela faisait pas moins de 5 mois que Specials s'empoussiérait sur ma Pile à commenter... Aussi, lorsque Extras m'est parvenu, j'ai dû replonger dans mes souvenirs et mon explication risque de ne pas être très claire...

specialsMalgré ses efforts pour échapper à la programmation, Tally est récupérée par la ville qui, une fois encore s'est servie d'elle pour tenter de venir à bout des fumants. Cette fois, elle subit une dernière opération, qui fait d'elle une redoutable Special. Elle est programmée pour défendre les intérêts de la ville, sa société. Mais comme avant, quelque chose en elle refuse de s'y soumettre totalement. Ses nouvelles performances de Special mitigées par quelques restes plus ou moins présents d'humanité sont le point de départ de nouvelles aventures qui transformeront à jamais le monde de Tally. Mais au-delà de l'action, l'auteur élargit le questionnement en nous présentant un monde différent, où le totalitarisme absolu a laissé la place à toutes les dérives de la liberté retrouvée. L'homme peut-il vivre affranchi de toute autorité sans se détruire? Voilà entre autres les problématiques vers lesquelles nous mène Scott Westerfeld dans cette aventure palpitante.

extrasTrois ans après le déferlement d'intelligence qui conclut Specials, l'auteur nous plonge dans une nouvelle société où le règne de la beauté a laissé la place à celui de la renommée. Tous les mérites et avantages ne peuvent être acquis que si l'on est une vedette ou si l'on "claque" des histoires plus ou moins croustillantes. Aya Fuse, jeune ugly de quinze ans  désespère de se faire connaître; mais lorsqu'elle trouve enfin le sujet qui va la propulser dans les cimes de la reconnaissance, elle déclenche une aventure avec moult rebondissements, dont la réapparition de la fameuse Tally Youngblood.

Ce quatrième opus n'était pas prévu dans la trilogie initiale, très fine et dont la fin est très cohérente. Il présente, donc, à mon avis, plus de faiblesses que les trois premiers volets. J'ai senti beaucoup de parallèles entre le personnage d'Aya et celui de Tally dans Uglies: le questionnement sur ce qui est bien ou pas, l'envie irrésistible d'accéder à une existence sociale, la découverte qu'il existe un monde en dehors de celui tant vanté par la société en vogue. Seulement, Aya n'est pas Tally et son petit copain est loin de valoir David ou Zane: les protagonistes perdent à la comparaison, trop évidente.

Il n'en reste pas moins qu'il nous permet de voir que le monde, même libéré est toujours prêt à dériver vers une nouvelle folie, et c'est ça le talent de l'auteur, nous poser toujours de nouvelles interrogations sur la liberté et ses excès, sur le prix à payer de sa personne pour "exister" dans la société, le malheur de ceux qui n'y arrivent pas, le bonheur de ceux qui ne veulent pas y arriver... Une suite peut-être pas aussi percutante que la trilogie d'origine, mais un bon moment de lecture tout de même.

Vous pouvez retrouver les avis de Brize, Emmyne et Fashion (que je remercie pour ce livre_voyageur).

Vous pouvez aussi retrouver les billets sur Uglies et Pretties.