midnighters1Jessica Day vient d'emménager à Bixby, dans l'Oklahoma: nouveau lycée, nouveaux visages, le parcours classique de la nouvelle arrivante. Mais rapidement, elle découvre que Bixby recèle un secret énorme et très dangereux. A minuit, le temps s'arrête, la vie se fige. C'est l'heure bleue, un monde fait de créatures extraordinaires et terrifiantes d'où les humains sont exclus... hormis quelques adolescents, nés exactement à minuit.

L'arrivée de Jessica lève un vent de panique parmi les créatures de la nuit, qui se jettent sur elle comme si elle était l'ennemi à abattre. Ce qui interpelle les autres midnighters, qui la trouvent des plus ordinaires, car elle semble dépourvue de pouvoir particulier. Ce don, qui terrorise les darklings, les midnighters devront le découvrir au péril de leurs vies.

C'est à Karine que je dois cette jolie découverte. J'étais très attirée par cette histoire de temps qui s'arrête et le rythme semblait assez relevé. Aussi me suis-je procuré le premier tome dans l'idée de voir ce que ça donnait. Et j'ai vraiment bien fait, croyez-moi! Scott Westerfeld crée des mondes très particuliers, tout en nous donnant l'impression que cela pourrait se passer à côté de chez vous. Cette vraisemblance, cette façon de construire les personnages qui les rend uniques tout en restant des adolescents ordinaires donne toute sa force au récit. Les rebondissements sont nombreux, il y a du suspense, bref, on ne s'ennuie pas, et les pages tournent au détriment des heures de sommeil.

Les questionnements y sont beaucoup moins profonds que dans la série d'Uglies et le récit est plus centré sur l'histoire particulière des jeunes et leurs aventures, chacun détenteur d'un talent très particulier. Les personnages sont eux-mêmes assez intéressants: un peu tendance gothiques marginaux mais réellement doués. Leurs relations sont complexes et on est loin du "un pour tous...". Mais c'est ensemble qu'ils devront affronter les défis qui vont se présenter.

midnighters2

Une fois le talent de Jessica découvert, à la fin du premier volume, la paix semble être revenue dans l'heure bleue. Les darklings la craignent trop pour l'affronter et elle peut enfin découvrir et profiter de ce moment particulier. Un soir, cependant, elle découvre un jeune homme, figé devant sa fenêtre, un appareil photo à la main... Alors que les midnighters croyaient évoluer dans le secret le plus absolu, voilà que leur existence est connue! En essayant de percer à jour ce mystère, ils vont découvrir des événements atroces qui ont eu lieu cinquante ans auparavant à Bixby, impliquant autant les diurnes que les midnighters... et même les darklings! Ils s'aperçoivent par la même occasion que l'un d'entre eux est en grand danger et vont devoir déjouer cette machination avec leurs seuls talents.

Ce deuxième volume est encore plus enlevé que le premier; le lecteur a à peine le temps de dire ouf!, que nous voilà déjà entourés par un mystère épais et prêts à suivre les midnighters dans leur aventure. Le fait de sortir de l'anonymat rend certes les jeunes vulnérables, mais leur permet de découvrir une alliée de taille (bien que mystérieuse), qui leur offrira une connexion avec les midnighters qui habitaient Bixby jusqu'il y a une cinquantaine d'années et qui ont, depuis, tous disparu. Westerfeld développe beaucoup le sujet des capacités des midnighters, et des relations qu'elles induisent entre eux, évoluant toujours avec une grande cohérence. Nous découvrons aussi un peu de leur passé, qui vient expliquer et compléter l'histoire, nous donnant d'autant plus de clés sur les personnages.

Enfin, et ce n'est qu'un détail (mais mon coeur de midinette ne peut y être insensible), certaines relations viennent à se développer ou à évoluer, pour le plus grand plaisir du lecteur, et l'auteur nous régale avec quelques pépites de tendresse.

La fin de ce deuxième volet est haletante, mais on sent encore ce goût de menace qui plane. Ce n'est pas fini et on a hâte d'ouvrir Blue noon.

midnighters3Un autre mystère de l'heure bleue a été percé, un midnighter a été sauvé in extremis (quoique... il se comporte bien bizarrement, ces derniers temps). Les midnighters vivent sous une ère un peu différente où ils vont pouvoir développer leurs talents dans toute leur étendue. Mais voilà qu'un jour, l'heure bleue arrive soudainement, en pleine journée. Plus angoissant encore, Melissa sent que cela provoque une explosion de joie chez les darklings. Qu'est-ce que cela veut dire? Et si, soudainement, le monde basculait définitivement dans l'heure bleue?

Les midnighters ne seront pas trop de cinq pour trouver ce qui trouble le temps bleu et essayer d'éviter l'énorme bouleversement qui se prépare. Les conséquences seront douloureuses pour le groupe, qui sera amené à faire des choix parfois déchirants. Le personnage de Rex devient très intéressant, qui mène une lutte interne pour sauvegarder son humanité. Des questionnements sont enfin posés, mais ce n'est définitivement pas ce qui intéresse le plus Westerfeld (du moins, pas dans la même mesure que dans Uglies): surtout des questions relatives à la manipulation des gens, même si l'on croit agir dans leur propre intérêt.

Et comme Karine, certaines choses à la fin m'ont rendu un peu triste; décidément, Westerfeld aime bien provoquer des petits serrements de coeur chez ses lecteurs.

En conclusion, une bonne série, très enlevée, qui ne vous fera pas augmenter vos heures de sommeil et que je vous recommande vivement. Si vous voulez accéder aux billets de Karine, c'est ici, ici et ici.

Scott Westerfeld, Midnighters, t.1: L'heure secrète, Pocket jeunesse, t.2: Touching darkness et  t.3: Blue noon, HarperCollins.