trône de fer 1... et avec lui, une avalanche de basses passions, de guerres, de douleur, de complots en tout genre. Mais avant que tout cela ne commence à se déchaîner, nous est présentée la famille Stark, gouverneurs des territoires du Nord, le plus vaste des Sept Couronnes, le plus rude aussi. Patrie d'hommes aguerris et austères, mais fidèles et aimants, de femmes courageuses. Eddard Stark, le père, qui a combattu aux côtés du roi, Robert Baratheon pour arracher le royaume au tyran fou est appelé à devenir Main du Roi, soit son principal conseiller. A son arrivée à la capitale, il découvre que le royaume est véritablement en décomposition, et que toute la responsabilité du règne repose désormais sur lui car le roi, trop écoeuré par les intrigues et par sa propre reine préfère se perdre dans les fêtes et la boisson. Il laisse en charge de son territoire son fils, Robb, quatorze ans. Son bâtard, Jon, est allé rejoindre les gardiens du Mur, tout au nord du royaume. Ses deux filles vont l'accompagner, Sansa la douce (humpf elle est aussi sotte que douce celle-là) et Arya l'intrépide. Le petit Bran aussi aurait dû être du voyage, mais un horrible accident a changé sa vie: ses oreilles traînaient au mauvais endroit au mauvais moment.

Nous découvrons aussi la famille de la reine, les Lannister et leurs ambitions démesurées. Ils sont de tous les complots et de toutes les trahisons. Un personnage ressort dans cette meute, pour son caractère richissime mais quasi impossible a cerner, Tyrion, le nain, frère de la reine, aussi repoussant par son physique qu'immensément attachant par sa complexité. Il m'est d'avis qu'il sera appelé à jouer un immense rôle, bien que je ne sache pas encore lequel.

Mais quid de l'ancienne Main du Roi, justement? D'uns disent qu'il aurait été empoisonné, d'autres qu'il aurait succombé au chagrin de voir son épouse et son faible de fils sombrer dans une douce folie. Ils sont en fuite, justement. La dame a quitté la capitale avec son petit et s'est installé dans les terres dont son époux était le gouverneur, une forteresse naturelle réputée imprenable, où elle pense se sentir en sécurité. Par l'irresponsabilité de ses actes, elle parvient à elle seule à déclencher une guerre, alors qu'elle n'a même pas bougé de ses terres.

Vous l'aurez compris, il est très difficile de vous parler de cette série sans spoiler dès le premier tome. C'est pourquoi je n'ai même pas tenté d'en faire un résumé... George R.R. Martin nous offre ici une histoire captivante, magnifiquement bien construite, avec des personnages extraordinairement complexes et qui ont encore énormément de potentiel pour la suite. On suit l'intrigue depuis tellement de points de vue différents que ça donne parfois un peu le tournis, mais ça permet par la même occasion de mieux appréhender les personnages. Parfois ça ralentit l'action, mais en même temps ça entretient un suspense fou, car les pages ne cessent de tourner pour retrouver chaque personnage là où on l'avait laissé. La fin de ce premier volume est tout bonnement à couper le souffle, avec un cliffhanger de folie, et on n'a qu'une envie, se jetter sur le roman suivant pour le dévorer.

George R. R. Martin, Le Trône de fer, 1998, J'ai lu, 477 p.