Pendant que je toussais à m'en décrocher les plèvres sous ma couette il y a quelques semaines, un peu de réconfort me sembla nécessaire pour me faire oublier ces moments pénibles. J'ai donc dégainé l'intégrale de la série des Wallflowers, de Lisa Kleypas, que je m'étais procurée à la fin de l'été. Et si certains l'ignorent encore (franchement, je ne sais pas comment vous faites), vous autres savez bien qu'une fois une série commencée, j'ai du mal à m'arrêter avant d'être parvenue à sa fin. Je vais donc vous épargner la peine de devoir lire cinq billets et je vais tout vous pitcher proprement dans celui-ci.

Mais attention, il y aura forcément quelques spoilers, même si les fins de romances sont généralement assez prévisibles. Aussi, si vous ne voulez absolument rien savoir, passez votre chemin après le paragraphe suivant.

Les Wallflowers de cette série sont quatre jeunes femmes qui font leur troisième (ou plus) saison à Londres sans jamais avoir attiré l'attention d'un prétendant. Ce sont celles qui font tapisserie lors des bals et des soirées. Peu communicatives au début, elles finissent par se lier d'amitié et décident d'oeuvrer pour que chacune d'entre elles puisse trouver un mari. Il y a Annabelle Peyton, jeune fille d'une beauté sans égal mais très handicapée par l'absence de dot à une époque où l'aristocratie anglaise se voit appauvrie et en quelque sorte défiée par l'évolution économique du pays. Les nobles qu'elle rêve d'épouser se tournent plus volontiers vers des héritières, à même d'entretenir leur style de vie. Il y a les soeurs Bowman, richissimes héritières mais américaines et filles d'un industriel. Elles ont, par ailleurs, des caractères très marqués, complètement à l'opposé des manières que l'on attend des jeunes filles dans la société londonienne de l'époque. Et il y a Evie Jenner, jeune rousse ravissante mais extrêmement timide, au point d'en bégayer, en passe d'hériter d'une considérable fortune, mais dont le père est de basse extraction, boxeur puis propriétaire d'une salle de jeux. Voilà, ça commence...

spoilersd

wallflowers 1Le premier livre de la série, Secrets of a summer night raconte le début de l'amitié des quatre jeunes femmes et comment elles décident qu'il est grand temps de trouver quelqu'un pour Anabelle, la plus âgée d'entre elles, avant la fin de la saison. Or les soupirants ne sont pas légion. Seul Simon Hunt, fils de boucher mais qui fait fortune dans l'industrie semble s'intéresser à elle. Grand et très beau (quand même, on parle du héros de notre romance, là), la réputation de séducteur lui colle à la peau. Or, la belle Annabelle le voit très en-dessous d'elle et lui refuse même la moindre danse. C'est au cours d'une invitation chez le très noble comte Westcliff, aristocrate progressiste, partenaire et ami de Simon Hunt que les choses vont se décanter peu à peu et qu'Annabelle en viendra à le voir avec d'autres yeux que ceux du mépris.

It happened one autumn. wallflowers 2Une fois Annabelle dûment mariée, c'est au tour de l'aînée des Bowman, Lillian, de se chercher un mari. Toute la famille est invitée, parmi d'autres connaissances (dont les Hunt et Evie) dans la propriété du comte Westcliff, partenaire en affaires du père Bowman, qui possède une manufacture de savons à New York. Ce que je ne vous avais pas dit c'est que, dès leur première rencontre, Lord Westcliff trouve Lillian Bowman extrêmement désagréable, voir imprésentable en société. Il lui voue d'ailleurs un mépris partagé, Lillian le trouvant à son tour très imbu de lui même. Par divers subterfuges, Lillian obtient du comte qu'il demande à sa mère de soutenir les jeunes filles en société et de leur dispenser des conseils quant à leurs manières, activité à laquelle la vieille comtesse se plie de très mauvaise grâce. Peu à peu et malgré leur dégoût initial, Lillian et Marcus vont aller au-delà de la première impression désastreuse et découvrir que c'est peut-être bien la naissance de l'amouuuuuuuuuur (chabadabada tsoin-tsoin) qu'ils sont en train de vivre. C'est sans compter avec la perfidie de la comtesse qui, une fois le comte et l'héritière engagés, la fait enlever du manoir par Lord St Vincent, ami d'enfance de Marcus et séducteur invétéré, noble mais désespérément dans le besoin, pour qu'il l'emmène de force à Gretna Green pour la marier. Après moults péripéties, Westcliff retrouve sa bien aimée et bannit la comtesse de sa vie pour toujours.

wallflowers 3Le troisième volume, The devil in winter, est celui consacré à Evie, jeune rousse à la beauté peu ordinaire, timide au point d'être bègue, dont le père se meurt de tuberculose mais que la famille de sa mère (avec laquelle elle a toujours vécu, car sa mère est morte en couches) empêche d'aller voir. Cette famille, c'est la marâtre de tous les contes de fées faite hommes et femmes. Cupides, méchants, n'hésitant pas à frapper Evie, à l'enfermer et même à l'affamer pour arriver à leurs desseins. Or voilà qu'ils ont imaginé la meilleure ruse pour garder l'héritage d'Evie par devers eux dès que le père aura trépassé: la marier à un de ses cousins, qui n'est pas mieux que les oncles et les tantes. Désespérée par la situation mais déterminée, Evie ne voit qu'une solution à son drame, le mariage. Or les événements de l'automne dernier chez Westcliff lui montrent l'allié parfait: le perfide séducteur Lord St Vincent, celui-là même qui avait kidnappé Lillian. Elle lui propose donc de refaire le voyage qu'il comptait faire avec Lillian, sans perdre une seconde. Mais Evie n'est pas dupe. Connaissant la réputation de son futur mari, elle lui explique qu'elle ira jusqu'à consommer le mariage une fois, histoire qu'il n'y ait plus d'annulation possible, mais pas plus loin, car elle ne veut pas tomber amoureuse d'un homme incapable de l'aimer et qui donc la ferait potentiellement souffrir. Bien évidemment, les choses prendront un autre tournant et le beau et séduisant Sebastian tombera raide amoureux de la timide mais déterminée Evie. Elle, à son tour, va se voir de plus en plus attirée par l'homme qui se cache derrière le séducteur.

wallflowers 4Scandal in spring.Trois mariages plus tard, voilà les Wallflowers dans une situation désespérée. Mr Bowman, fatigué de dépenser des sommes colossales pour le maintien de sa femme et fille cadette en Europe a décidé de la marier à Matthew Swift, son second dans les entreprises Bowman, jeune homme ambitieux et méprisé profondément par les deux soeurs Bowman et même leur mère, qui ne l'estime pas assez noble pour ses ambitions. Lillian est en plus désespérée à l'idée que le vil Swift, qu'elle n'hésite pas à qualifier de serpent et à lui attribuer toute cette machination pour hériter finalement de la compagnie, puisse emmener sa soeur Daisy loin d'elle, de retour à New York. Bowman père lui donne donc deux mois pour trouver un autre parti, faute de quoi il l'obligera à épouser Swift. L'action, encore une fois, se passe chez le comte et la comtesse Westcliff. Matthew Swift arrive en Angleterre pour ouvrir une succursale de Bowman à Bristol, mais est d'abord invité (avec plusieurs autres bons partis) à la propriété. Daisy découvre alors que le jeune homme qu'elle méprisait tant cache en fait un homme sensible et profondément amoureux d'elle depuis plusieurs années. Mais quand les choses semblent prendre le bon chemin, le passé de Matthew le rattrape, mettant en jeu le dénouement heureux pour le couple.

wallflowers 5Bon, voilà les quatre Wallflowers mariées (vous n'en doutiez pas un seul instant, j'en suis sûre). Figurez-vous que pour faire durer le plaisir, madame Kleypas nous offre un cinquième petit roman, qui voit la réunion des quatre jeunes femmes, toutes heureuses dans leur vie de femmes mariées, A Wallflower Christmas. Non content d'avoir voulu marier sa jeune fille, voilà Bowman père décidé à marier son fils aîné, Rafe, avec une noble anglaise, lady Natalie Blandford (très belle jeune fille, très comme il faut et dont la famille ne nage pas dans la richesse). Cette lady Natalie a une compagne, Hannah Appleton, sa cousine d'une branche pauvre et sans titre. Elle est horrifiée par la perspective de voir la belle et gentille Natalie devoir épouser ce rustre d'américain, qui en plus de spéculateur peu scrupuleux, a tout l'air d'un séducteur par dessus le marché. Rafe de son côté n'est pas le moins du monde intéressé par lady Natalie, qu'il trouve conventionnelle. En revanche Hannah, avec son caractère et sa beauté plus discrète, réveille des sentiments qu'il n'avait jusqu'alors jamais éprouvés.

Juste quelques petits commentaires en général sur la série. La série des Wallflowers est ce qu'on pourrait qualifier de romance gentille. Les personnages féminins sont très attachants car ne manquent absolument pas de personnalité, malgré (ou peut-être à cause de) ce qu'elles ont vécu. Les hommes sont, bien entendu, tous beaux à mourir, séducteurs invétérés mais cachant toujours une blessure secrète plus ou moins grande. Cela dit, ce n'est pas là que tient le noeud de l'intrigue et on en est reconnaissants à l'auteure. Deux choses me plaisent principalement dans les intrigues de Lisa Kleypas. Tout d'abord le fait que les scènes chaudes, bien qu'assez conventionnelles, arrivent après beaucoup d'anticipation et un désir qui grandit de part et d'autre (et que souvent le lecteur voit bien avant les protagonistes, il faut bien le dire). J'aime beaucoup cette montée en tension. Par ailleurs, il y a toujours un événement extérieur qui n'est pourtant pas tiré par les cheveux, qui vient ajouter un peu de suspense à l'intrigue plate que serait une pure romance. Je vous ai parlé du kidnapping de Lillian Bowman, mais chaque histoire a son petit lot de drame, que je trouve bien sympathique. Et puis, finalement, les unions des couples se font bien avant la fin du livre, ce qui fait qu'on voit encore pas mal évoluer les personnages en couple, c'est choupi. Oui, ça fait trois choses, me direz-vous. Lisa Kleypas c'est vraiment de la pure guimauve qui devrait être remboursée par la sécu pour ses effets bénéfiques sur le moral.

moisanglais1

Ce billet est le huitième comptant pour le mois anglais.