Un lundi de plus, chers lecteurs, et nous ne pouvions vous laisser dans l'attente de notre billet pour le challenge Quel épisode vous a fait tomber en amour avec Ten (quoi, ce n'est pas comme ça qu'il s'appelle?). En ce qui me concerne, The girl in the fireplace est un de mes préférés de tous les temps.

logo challenge doctor who 5

Trois mille ans dans le futur, le Docteur, Mickey et Rose se posent sur un vaisseau spatial qui semble être à la dérive. Stupéfait, le Docteur découvre cependant qu'il contient plusieurs fenêtres temporelles, toutes dirigées vers la France du début du XVIIIè siècle et plus précisément orientées sur le personnage de Reinette Poisson, future Madame de Pompadour. Il trouve d'ailleurs un robot fait de mécanismes d'horlogerie caché sous le lit de Reinette, scannant son cerveau. Parallèlement, Mickey et Rose découvrent que le vaisseau contient des parties humaines dans ses composants. En réalité, les créatures cherchent une dernière pièce pour réparer leur vaisseau, un cerveau, et il semblerait que seul celui de Madame de Pompadour (âgée précisément de 37 ans) puisse convenir. Dans une dernière tentative un peu désespérée et haute en couleurs, le Docteur tentera d'empêcher qu'elle ne soit emmenée de force.

 

Qu'est-ce qui rend, à mes yeux, The girl in the fireplace soooooooo remarkable? Tout d'abord, au risque de me répéter, les épisodes historiques sont toujours extraordinaires. La cour de France au dix-huitième siècle est rendue dans toute sa splendeur, menacée par des mannequins habillés à la vénitienne et complètement terrifiants. Reinette Poisson est présentée comme une femme douée et très intelligente, éveillée et intellectuellement curieuse, mais en même temps fine et aimante. Parce qu'en même temps qu'elle la découvre, elle nous révèle une part intime du Docteur. Parce que Sophia Myles joue Madame de Pompadour avec une grâce incroyable.

Doctorfireplace1

C'est aussi un épisode plein de répartie. La nature des protagonistes le veut ainsi, car Renate est attirée par cet ami imaginaire, ce mystère qui rend supportables les cauchemars et les monstres, et le Docteur ne l'est pas moins. Malgré (ou peut-être à cause de) cela, c'est un épisode qui révèle beaucoup de l'intimité du Docteur, qui nous le rend plus humain dans sa différence et donc très attachant. Malgré cela, David est vivant comme jamais, vibrant, quasi-explosif, épique lorsqu'il arrive sur son blanc destrier.

Doctorfireplace3

Il y a aussi la résolution du mystère, relativement inespérée. Pourquoi les robots disent de Madame de Pompadour qu'ils sont les mêmes? Very clever. Il y a l'utilisation des mécanismes d'horlogerie, très maline, à une époque où ils faisaient rage parmi la noblesse européenne. Et puis il y a cette lettre (décidément, il y a quelque chose avec les lettres, chers lecteurs), que j'avais déjà cité dans un des jeudis de Chiffonnette, qui me fend le coeur à chaque fois: "Godspeed, my Lonely Angel". Bouh.

Un de mes épisodes préférés, ever, que je revisionne régulièrement avec un plaisir immodéré. J'espère qu'il en est de même pour vous (et si vous ne connaissez toujours pas, vous attendez quoi pour vous y mettre, hein?).

Pour mon plus grand plaisir, Karine nous a rejoint pour ce coup-ci. Son billet ici. Et ici celui de Fashion.

moisanglais4

Ce billet est le neuvième comptant pour le Mois Anglais.