charlesdexterwardCela faisait fort longtemps que je n'avais pas relu cet auteur et, les hormones en fin de grossesse aidant, après plusieurs mois de lecture exclusive de romances, j'ai voulu retenter l'aventure, ne cherchez pas à comprendre pourquoi, je me le demande moi-même.

Le résultat n'a pas été concluant, avouons-le dès le début. Si je me souviens de nuits il y a... pfiouuuu, plein d'années, où je n'arrivais à m'endormir qu'avec une veilleuse allumée après avoir lu quelques unes de ces nouvelles, là j'ai trouvé la clé du mystère à peine le livre commencé. Qui plus est, il y avait parfois de telles longueurs que je suis passée bien près de l'ennui.

Mais pitchons tout de même, vous vous ferez votre propre opinion. Féru d'études historiques, le jeune Charles Ward se découvre un ancêtre maudit et disparu, Joseph Curwen, sorcier plus que centenaire qui quitta Salem lors de la chasse aux sorcières pour aller s'installer à Providence. Curwen y mène une vie d'entrepreneur prospère mais reclus et peu à peu des rumeurs commencent à se répandre sur des activités mystérieuses qui auraient lieu dans sa propriété, sur la disparition de certaines personnes qui travaillent pour lui et sur l'ascendant qu'il a sur ses employés, fondé sur des connaissances qu'il possède sur leur passé. Tentant de se redonner une apparence fréquentable, il épouse la fille d'un de ses employés, personnage très apprécié en société. Mais tout cela ne suffit pas. Un collectif se forme pour mettre fin aux horreurs qui ont lieu dans les caves de la ferme de Curwen.

Un siècle et demi plus tard et fort des manuscrits de Curwen trouvés par hasard dans son ancienne résidence, Charles Ward abandonne ses ambitions et ses études pour se plonger corps et âme dans les recherches de son aïeul. Mais progressivement, son comportement change, il devient de plus en plus étrange et se renferme sur lui-même, jusqu'à un moment où, soupçonné de folie, il est interné dans une institution. C'est le médecin de famille, qui a suivi le jeune homme depuis les premières inquiétudes de ses parents, qui viendra à bout du mystère et découvrira l'horreur véritable qui se cache derrière la démence de Charles Ward.

Il nous a donc fallu plusieurs dizaines de pages pour nous expliquer la monstruosité des agissements de Joseph Curwen et de ses deux comparses. Et le lecteur de se douter de la réponse dès les premières lignes. Alors au début, on se dit qu'on continue parce qu'on veut vérifier si on a vu juste, puis parce qu'on veut voir comment l'auteur va nous mener au bout. Finalement, rien que de très classique: Curwen ayant trouvé un moyen pour faire revenir les morts se fait convoquer par son descendant, qu'il finit par tuer pour en usurper l'identité et pouvoir continuer ses recherches.

Alors oui, il est vrai que les narrations de Lovecraft sont souvent très descriptives. Mais là, de mon point de vue, il n'a pas réussi à installer l'ambiance. Jamais je ne me suis sentie happée par l'histoire, et son insistance m'a paru assez vide. Alors, vous, chers lecteurs, vous en pensez quoi, suis-je passée à côté? Est-ce moi qui ai grandi et Lovecraft ne parvient plus à me faire peur? Ou bien...

Lovecraft, H.P., L'affaire Charles Dexter Ward, J'ai lu, 2002.