23 décembre 2011

There have been times I've been convinced I didn't marry a female, but an incendiary device

Pour continuer avec ce Mois anglais (option guimauve) que j'ai entamé en accord avec moi-même, voici une auteure que j'avais envie de lire depuis un moment, notamment suite aux billets enthousiastes de certaines blogueuses. Et je n'ai pas regretté. A trente-trois ans, Lord Dain est richissime et un débauché de la pire espèce. Enfant d'un père qui l'a détesté dès sa naissance et qui a fait la vie de sa mère si misérable qu'elle préfère se déshonorer en s'enfuyant avec un amant lorsque Sebastian n'a que huit ans, il est dès lors envoyé... [Lire la suite]

22 décembre 2011

Romancing Mister Bridgerton

Vous croyiez hier m'avoir entendue parler de doudouthérapie, de chocolat chaud et autres douceurs pour conjurer le froid, jugez par vous-mêmes. Décembre, en plus d'être le mois anglais, aura été pour moi le mois de la romance. Il faut dire que les livres de Julia Quinn sont addictifs, que les Bridgerton en particulier sont une famille très attachante et que j'avais une folle envie de savoir qui était Lady Whistledown. Par conséquent, Fashion ne m'avait pas sitôt mis ce volume entre les mains que j'en commençais la lecture. Que je ne... [Lire la suite]
16 décembre 2011

Le mois anglais se décline aussi en version eau de rose

Pendant que je toussais à m'en décrocher les plèvres sous ma couette il y a quelques semaines, un peu de réconfort me sembla nécessaire pour me faire oublier ces moments pénibles. J'ai donc dégainé l'intégrale de la série des Wallflowers, de Lisa Kleypas, que je m'étais procurée à la fin de l'été. Et si certains l'ignorent encore (franchement, je ne sais pas comment vous faites), vous autres savez bien qu'une fois une série commencée, j'ai du mal à m'arrêter avant d'être parvenue à sa fin. Je vais donc vous épargner la peine de devoir... [Lire la suite]
30 novembre 2011

An offer from a gentleman

Ce petit soulier en satin tout rose au pied des marches, ça vous rapelle quelque chose? Quelque chose comme... Cendrillon? Eh oui, pour ce troisième volume de la série des Bridgertons, celui consacré à Benedict, Julia Quinn se lance dans une réécriture de Cendrillon, au moins sur la première partie de son roman. Après le mariage d'Anthony, Violet Bridgerton consacre toutes ses énergies à essayer de marier ses  autres garçons, Benedict et Colin. Elle donne un bal masqué au cours duquel Benedict rencontre une jeune femme qui... [Lire la suite]
18 novembre 2011

The viscount who loved me

Je vous avais dit que j'avais aimé d'amour la première romance que j'avais lu de Julia Quinn, The Duke and I. Comme je me connais, et que j'avais des soupçons assez forts sur le potentiel addictif de cette série, j'avais commandé les deux premiers volumes. Aussi, à peine venais-je de finir l'histoire de Daphne et Simon, que je me lançais déjà dans celle d'Anthony Bridgerton, l'aîné de la fratrie (il faut suivre, hein, avec les prénoms dans l'ordre alphabétique et tout et tout). Pour mon plus grand plaisir. A la mort du Vicomte... [Lire la suite]
08 novembre 2011

The Duke and I

Je crois que ma réputation d'amatrice de romances n'est plus à faire, depuis que j'ai plongé avec délices dans les Confréries de la Dague Noire et autres Highlander series dont vous m'avez entendu parler (ou pas, car la chair est faible et je n'ai pas toujours eu le courage de faire ponctuellement les billets de toutes mes lectures). Cette tentation-ci, c'est à Pimpi que je dois d'y avoir succombé, car elle en parlait avec beaucoup d'enthousiasme. Et puis le cadre victorien cohérent et une héroïne qui a de la... [Lire la suite]
06 octobre 2011

Be still my beating heart

D'avoir vécu plusieurs années en Chine, avec Hong Kong comme presque seule possibilité de se procurer des livres, ça a des conséquences plus ou moins inattendues sur les habitudes de lecture. A savoir que je me suis franchement mise à lire en anglais. Pas un volume ou deux de temps à autre, mais régulièrement. Alors quand un certain groupe de tentatrices qui saura se reconnaître s'est mis à parler de Fever et de la série qui la précédait, Highlanders, c'est tête baissée que j'ai foncé. Parce que la chair est faible. Que les volumes... [Lire la suite]