"[Ces images] me disaient (même si je ne l'ai compris que plus tard, même si c'est aussi une construction contenant ses propres inexactitudes) que je n'étais pas seul avec mes luttes particulières, et que les communautés n'étaient jamais venues toutes seules dans ce pays, en tout cas pour les Noirs. Les communautés devaient être créées, on devait se battre pour elles, on devait les entretenir comme des jardins. Elles grandissaient ou rétrécissaient en fonction du rêve des hommes -et dans le mouvement pour les droits civiques, ce rêve avait été grand. A travers les sit-in, les marches, les chants dans les prisons, je voyais la communauté afro-américaine s'élargir, acquérir une signification qui ne désignait pas simplement le lieu où l'on était né ou la maison où l'on avait passé son enfance. C'était par l'organisation, par le sacrifice partagé, que se gagnait le statut de membre."

Barack Obama, Les rêves de mon père, Points, 2008.