hugocabretJeune orphelin, Hugo Cabret est hébergé par son oncle, dans les combles de la gare dont il entretient les horloges. De son père, mort peu de temps auparavant, il n'a gardé que l'automate qu'il réparait au moment où il est mort et un carnet de croquis que son père en avait faits. Une seule idée obsède l'enfant: réparer l'automate, convaincu qu'il a un message de son père à lui délivrer. Et voilà que l'oncle disparaît à son tour...

Cela faisait beaucoup de temps que L'invention de Hugo Cabret était noté dans ma LAL comme étant un incontournable et j'avais hâte de me le procurer. Et j'ai eu raison! Ce pavé a été un véritable coup de coeur. Ce roman illustré, présenté à dessein comme une mise en scène de cinéma, est une petite merveille d'horlogerie fine et de magie, thèmes dominant le récit. C'est un magnifique hommage au cinéma à ses débuts, et notament à Georges Méliès, mais je ne vous en dirai pas plus, car je m'en voudrais de spoiler et vous gâcher votre plaisir de lecture.

Je vous parlerai plutôt des magnifiques illustrations de Brian Selznick, en noir et blanc comme le cinéma de l'époque. Images qui peuvent être très nettes, et qui d'autres fois ne laissent deviner que des ombres et des contours, nous faisant parfaitement rentrer dans l'ambiance. Une ambiance de début du XXè siècle dans laquelle on plonge avec ravissement. Que ses portraits sont beaux et parlants, comme ils nous font nous identifier aux personnages! Capables à la fois de nous montrer la malice sans méchanceté de l'enfance, le désespoir, la gentillesse, pour peu que des attitudes ou des sentiments puissent être dessinés. Il vous suffit de voir cette magnifique couverture pour imaginer sans mal ce qui vous attend à l'intérieur. Au milieu de ces illustrations, quelques images de films très anciens, le tout servant à merveille un texte simple et direct, qui ne cherche pas à en remontrer au lecteur.

Si certains des personnages ont vraiment existé, ils se mélangent parfaitement avec les autres, sortis de l'imaginaire de l'auteur, de même que des faits qui ont vraiment eu lieu se mélangent à l'intrigue imaginaire comme autant de clins d'oeil qui m'ont enchantée.

Je ne peux que vous dire une chose: foncez à la librairie (ou bibliothèque) la plus proche, procurez-le vous et lisez-le, vous ne le regretterez pas. Faites un tour chez Gaëlle pour lire son billet, qui m'avait fait illico noter cette petite merveille dans ma LAL. Vous y trouverez quelques-unes des illustrations et un lien vers le site du livre. Vous pouvez aussi voir ce qu'en dit Clarabel, sous le charme également.

Brian Selznick, L'invention de Hugo Cabret, Bayard jeunesse, 525 p.